Du Roller Derby

Je profite d’une nouvelle activité IRL pour ouvrir une catégorie liée au Roller Derby. Autant de prévenir, tu risques d’en manger à toutes les sauces.

L’idée étant que tu puisses partager un peu mon quotidien et mes entraînements, voir comment c’est à l’intérieur et peut-être même te donner envie de venir nous voir sur le rink, un de ces 4.

Inauguration d’une nouvelle catégorie tout ça, champagne, tout ça.


C’est quoi le Roller Derby ?

Et bien, c’est un sport de contact né aux USA, qui se pratique en patins à roulettes sur un terrain de forme ovale (le rink), le but étant de dépasser les joueurs adverses dans un laps de temps donné, sans se faire dégager à coup d’épaule ou de hanche.

Pour les précisions, c’est par


Le pourquoi du comment:

J’ai pris connaissance de ce sport en regardant un reportage sur une chaîne improbable à une heure improbable entre 2 moments de somnolence canapesques. Je tente d’ouvrir mes billes, je zieute un match en partie, j’essaye de comprendre et me rendors. Le lendemain, je me dis que ça a l’air bien chouette, que j’en ferais bien. C’était il y a un an et demie/ 2 ans et il n’ y avait pas de ligue en France.

Depuis, ce dernier point a changé, et c’est grâce au blog de Lilicastille que j’ai pu découvrir l’existence des Paris Roller Girls.


L’esprit:

Fun, cool, DIY.

Les filles qui pratiquent ne sont pas toutes tatouées ou piercées, mais en tout cas, elles ne pleurnichent pas quand elles se pètent un ongle ou se font un bleu, et surtout, ne se prennent pas la tête.


Le matos:

Les patins : certes, il est possible de commencer avec des quads basiques type basket montées sur des platines (pas de inline), mais les patins de Derby sont particuliers et en général plutôt fait pour le indoor (même si j’utilise les miens en outdoor, au pire, ce ne sont « que » des roues à changer). Ils ressemblent à ceci :


Image piquée sur le site http://www.rollergirlskates.com/

(là tu vois, ce sont juste les patins sur lesquels je bave, qui coûtent 300$ et dont je n’ose même pas imaginer les frais de port)


S’il est possible de s’entraîner en mini short et bas résilles, ne vas pas t’imaginer que les protecs sont là pour faire joli ; elles sont en général les mêmes que celles de Street.

Casque, coudières, genouillères et protège-poignets sont obligatoires pour les entraînements. Le protège-dents (hummm sexy) fait aussi partie de notre matos, mais j’ai remarqué que les filles ne le mettent qu’en fin d’entraînement et je n’ai pas encore le mien.

Donc, si tu penses te pointer comme une fleur avec tes quads flambants neufs, mais pas tes protecs parce que c’est gros et pas saillant, détrompe toi. Pas d’équipement de protection, pas d’entraînement. Normal.


L’entraînement :

Ciseaux, basiques, position de derby, agilité et endurance, chutes, musculation off-skate.

Le Roller Derby n’est pas un sport où on ne fait que se ramasser et où on castagner, il y a quand même quelques points techniques à apprendre plus ou moins propres à la discipline. A moins d’être déjà hyper doué(e), scrimmages (mini matchs) et compet’ ne sont pas pour demain.

Il y a  aussi des règles, un arbitre et un systèmes de fautes.


Aujourd’hui en france:

Pratique encore très peu répandue dans nos contrées, l’équipement reste difficile à trouver et autant le dire franchement, n’est pas à la portée de toute les bourses (bon faut dire que j’ai fait mas riche et que j’ai pas tapé dans de la merde non plus hein).. Les ligues secomptent aussi sur les doigts d’une main.


Je conseille pas trop de commencer en freestyle car, comme tout sport, il y a des mouvements, qui s’ils sont mal exécutés et pas corrigés peuvent amener à de connes blessures (genre, le T stop, qui est pourtant une base).




Cherche musiciens

Je m’ennuie des séances de répètes et des concerts, donc…

…j’ai enfin décidé de rechercher activement un groupe. Au départ, je me suis dit que je jouerai bien du psychobilly, mais vu que techniquement, j’ai BEAUCOUP (et je pèse mes mots) perdu en basse et en gratte, je préfère aller vers un autre style plus simple, mais efficace: le métal industriel. Rob Zombie/White Zombie étant ma grande inspiration du « moment ».

Je ne perds toutefois pas espoir de rejoindre une formation de psycho(billy), une fois que je le sentirai mieux techniquement. Cela dit, la contrebasse serait d’ailleurs plus adaptée, mais ce n’est pas dans mes plans.

Je cherche donc, sur Paris (ou très proche banlieue)

-1 chanteur

-1 batteur (un vrai pas une boîte à rythme)

-2 gratteux.

-1 claviériste

…Ou alors, un groupe cherchant sa basseuse.

Si nécessité, je peux toutefois laisser tomber ma basse et passer à la guitare. Les 2 me vont (mais je veux rejouer en groupe, bordel!).

Pour le style, c’est dit plus haut.

Pour l’age:22-35 ans.

Dans un premier temps, l’idée serait de faire quelques reprises pour se chauffer un peu les doigts, pour aller ensuite vers de la composition et de la scène. Attention toutefois, je ne vise pas la gloire et les Gigolos (quoique) ni le Stade de France. C’est juste que pour moi, répéter sans perspective de concert, ça ne sert pas à grande chose.

Je cherche toutefois des gens sérieux et investis dans ce qu’ils font.

Je ne m’impose bien sur non plus pas en leader, je ne suis qu’une modeste bassiste.

Avis aux amateurs.

edit: je prends aussi pour le Digital Hardcore. (Atari Teenage Riot, Alec Empire…)