Du playback

C’est en regardant une émission du type « le top du top 50 » (j’ai bien choisi aussi, tiens) un samedi soir de perdition que m’est venue l’idée de ce post. Sur 1h30 d’émission, 5 min de vidéos d’artistes en live, le reste en playback. S’ensuivit alors une profonde réflexion.


Je ne comprends pas très bien le concept d’aller voir un artiste en presque live.

Tu payes ta place de concert un rein pour voir ton artiste préféré, attends 1 an ce jour et en fait, tout ce que tu vois, c’est un pantin mimant ses paroles.

Et ouais. Sa voix sans défaut n’est en fait due qu’au miracle de l’autotune et je doute que le mec qui saute partout avec sa guitare électrique joue pour de vrai : y’a pas de gratte, dans ce morceau.

J’ai vraiment du mal à comprendre comment les artistes assument le fait de passer en playback et ce, sur une vraie scène. C’est tout le concept du live qui se casse la gueule. Dans ce cas, pour moi l’artiste, dans ce cas là, c’est pas la star qui se pavane mais l’ingé son.

Garde tes sous et mate la redif’ du-dit concert à la TV, ça vaudra mieux.

Sache lecteur, qu’une voix un peu trop lisse ,un peu trop juste et un peu trop au niveau des autres instrus sont les signes d’un playback honteux.


Chanter, Danser, sans être essoufflé.

Chant + Danse sur 1h30 = essoufflement assuré.

Ce que le mauvais chanteur de playback n’a pas pendant son concert vu que c’est tout pour du faux (même sa gueule, tiens).

Faut juste arrêter de prendre les gens pour des cons : « et bientôt sur scène Mlle Nunuche qui chante Les Hipsters sont Nos Amis ». Encore une fois non, elle ne chante pas, elle fait semblant.

Un mec pas essoufflé qui bouge dans tous les sens sur 1h30, ça aussi, c’est signe de playback.


Chanter, des fois.

Et puis t’as aussi le cas du mec ou de la nana qui chante et qui d’un coup oublie de remuer les lèvres en rythme ou fait style de faire participer le public, alors que la bande laisse entendre sa douce voix. Non, ça met pas le feu à la salle, ça met la honte.

Et quand le gars va pour saluer son public et que le son du micro revient progressivement, c’est le pompom et c’est aussi un signe de foutage de gueule playback.

No Pain, no Gain

Pour moi, la valeur d’un artiste se joue aussi bien sur ses albums que sur sa prestation en live. Après tout, c’est sur scène qu’il/elle/ils sont censé(s) le mieux faire passer émotions, et élans spontanés en tous genre. Franchement, ça me ferait mal au cul de payer 50€ (au bas mot) une place de concert pour aller voir un guignol faire semblant et qu’il n’y ait pas la petite valeur ajouté de la chanson plus speed en vrai que sur le CD.

Je préfère donc voir un artiste/groupe qui fait quelques pains, chante des fois un peu faux, mais au moins joue pour de vrai.

La musique ça se bosse autrement qu’avec une brosse ou une raquette de badmington devant son miroir et bien souvent il faut souffrir un peu des cordes vocales et des doigts avant d’être un tant soit peu satisfait de soi-même.


Le Jeu et le Surjeu

C’est magnifique. Ce qu’ils chantent est tellement nul/mièvre ou insipide que pour tenter de convaincre le public qu’ils sont dedans, ça surjoue et le plus souvent, c’est ridicule.


L’intermittence

J’ai une opinion un peu moins tranchée sur les musiciens « occasionnels » faisant du playback pour des plateaux télés. Je crois savoir que le statut d’intermittent peut être assez inconfortable si on atteint pas un nombre de cachets (arrête moi si je me trompe), ce qui peut parfois conduire à faire des choses dont on se passerait bien.

Par contre, un chanteur (renommé) qui fait du playback n’a AUCUNE excuse. Idem pour un musicien vedette.

Et en bonus: les petites fourberies d’Iron Maiden et Muse