Retour chez les Freshmeat

Freshmeat: nouvelles recrues d’une ligue de Roller Derby.

Alors que j’étais une fois de plus en train de me conforter dans le fait que le derby, c’est vraiment pas pour moi et qu’en plus ça me fait du temps libre, donc. c’est très bien comment ça, il a fallu qu’on (si « on » me lit, « on » se reconnaîtra) glisse le nom d’une autre ligue de roller derby parisienne, qui m’était alors inconnue.

La curiosité l’emportant sur le reste, quelques mails et quelques jours plus tard, me voici de nouveau sur le track, patins aux pieds. Dire que j’allais les revendre…pas ma paire de patins tout bouffées par le béton hein, non, les pratiquement tout neufs.

 

La reprise n’est pas aisée, moins difficile que je le pensais, mais les gestes de bases restent gauches. C’est un peu frustrant, mais ça reviendra, c’est comme le vélo, ça s’oublie pas (en vrai j’en doute, mais ne soyons pas pessimiste tout de suite). En attendant, mes fesses, elles s’en souviennent.

(Non, non, le fait que les autres Freshmeat aient déjà pour la plupart des skills en patinage ne me fait pas sentir encore nullos. Nooooooooon).

 

Au fur et à mesure des entraînements les choses reviennent.

J’appréhende toujours la combinaison pack + chutes en small falll (chute en position foetale) parce que j’ai toujours peur de piétiner une fille mais , les réflexes et automatismes, ça se bosse. Idem pour les exercices de paceline, que je détestais au moins autant que le pack, ce qui est un peu con con quand on fait du roller derby. Je découvre que les exercices a priori chiants peuvent devenir amusants.

Les filles et les coachs sont effectivement sympas et de bons conseils, ce qui ne gâche rien.

Je retrouve également les joies de l’entraînement offskate (renforcement musculaire sans patins… mais des fois avec, genre pour les abdos), une de mes tortures préférées en entraînement.

J’ai enfin mon crashpad, qu’il est confortable et qu’en effet il absorbe les chutes sur les fesses, ma couenne naturelle n’encaissant rien du tout.

 

Aujourd’hui, je viens de repasser (et relouper) mes Minimum Skills, avec beaucoup moins d’amertume et de frustration que la dernière fois.

Bon, ok, j’ai foiré des truc que je suis censé passer depuis le temps MAIS j’ai réussi ce petit bâtard de saut de 10 cm que je tombais toujours sur le cul à la réception (donc fail). Même les plots de slalom n’ont  pas trop valsé.

Allez, je me laisse encore 2/3 passages de Minimum Skills pour les obtenir avant de pleurer (à nouveau) sur mon statut de godiche à roulettes.

 

Qui sait, je vais peut-être finir par les avoir, ces « MS »et peut-être même qu’un jour je jouerai. OUAIS.