nouveau taf, nippes, intégration et process.

Depuis fin août, j’ai changé de boîte. Nouvelle équipe, nouveaux utilisateurs, et le plus chiant à intégrer: les process.

Si le fait d’être aussi autonome qu’un bébé apprenant tout juste à marcher  est TRES frustrant, se greffe aussi un nouveau challenge: s’intégrer à sa nouvelle équipe et faire passer devant tout ce beau monde SON code vestimentaire (manquerait plus que je me sappe comme une plouc tous les putains de jours, oh!)

* Les nippes:
Je sais pas comment ça se passe à ton boulot, mais dans le mien, je dois faire face à la problématique suivante: ne pas “trop mal” présenter, tout en restant soi, tout en ayant à l’esprit que je suis technicienne info, donc je passe mon temps dans la pâte thermique, la poussière ,les claviers pleins de café et très souvent à 4 pattes sous les bureaux.

Encore une fois, j’ai de la chance et le si les baskets et les Docs ne sont pas bienvenues, au final, je ne me sens pas déguisée. Seul mon cloutage facial disparaît du lundi au vendredi (en attendant que je sonde le terrain quant à son éventuelle réhabilitation). J’ai  même pu garder ma boucle de ceinture \o/.

Un jour, je grandirai peut-être. Un jour, je devrai peut-être me fringuer en tailleur-talons, mais d’ici là je prie le dieu Lemmy.

*L’intégration:
C’est assez drôle d’être une fille dans une équipe masculine, et encore, j’ai de  la chance, je ne suis pas la seule nana dans le bureau (ah non pardon, c’est un open-space argh), contrairement à mes précédents postes.
Au début les collègues se retiennent: pas de blague vaseuse et ambiance studieuse. 3 jours après la donne a déjà changée. Dans un mois, j’en suis la cible. Et dans 6, on tente de me scotcher àma chaise (combien de fois faut il vous dire de ne JAMAIS vous attaquer à une fille aux ongles un peu longs?!), la routine, quoi.

*Les process:
Vraiment le plus chiant. Chaque boîte a ses putains de procédures, ou si elle n’en a pas parce que c’est le chantier, faudra que tu les pondes de toute manière. Intégrer  les  process et NE PAS faire de boulettes  (c’est en général très chiant à rattraper), tout en sachant que tu feras obligatoirement une connerie parce que quelqu’un aura “oublié” de te dire quelquechose,ne pas prendre de libertés là où on n’en a pas contrairement au poste précédent dans la boîte Z. Et appliquer tout ça, sans rechigner. Tu finis par faire vachement plus de bordel administratif que de technique.

J’aurai presque un peu de sympathie pour tous les nouveaux que j’ai formé, dis donc…
(et plus ça va et plus je me dis que le support de proximité, c’est plus pour moi).

Bon, depuis j’ai quand même gagné en autonomie, hein….

la lumière sur mon boulot

Je me suis aperçue, que s’il y a bien un aspect de ma vie que je n’ai jamais abordé, c’est bien le boulot. C’est pas comme si ça occupait mes journées, que ça payait mes factures et que ça n’avait aucune importance dans ma vie.

Je suis technicien (je sais qu’on dit technicienne pour une fille, mais je trouve ça laid) informatique de proximité et de niveau 1, donc en gros, mon rayon c’est le problème hardware et software. Pas de réseau, de serveur, d’active directory, de droits, etc…Les gens viennent me voir quand ils ont (provoqué) un problème sur leur ordi. Je vous passe les process de ma boîte, y’a rien de transcendant et je ne suis pas sure d’avoir le droit de m’attarder dessus. Globalement, les soucis qui reviennent sont à peu près toujours les mêmes et il est assez rare qu’on ait à se prendre le chou pour un truc qu’on peut pas résoudre. Et pour ça..il y a le niveau 2.

Un énooooooorme avantage: pas de hotline. Pratiquement jamais de téléphone, et ça tombe bien parce que j’y suis allergique. La contrepartie, c’est que les utilisateurs viennent nous voir directement et que des fois (même souvent) on est déjà pas mal occupés (j’aurai dû être une pieuvre).

Un autre truc vachement cool, c’est que les utilisateurs ont, pour 95% d’entre eux, des portables. Pas besoin de porter une tour ou d’aller se faire **ier sous les bureaux (avec les blagues graveleuses qui vont avec, je te laisse imaginer) à tripatouiller les machines. Là l’utilisateur vient, pose son laptop sur mon plan de travail, et ensuite c’est à moi de jouer.

Petit hic tout de même, c’est qu’on a un peu l’impression de stagner voire de régresser. Pour preuve, les bases apprises en BTS IG (pourtant pas si loin), sont déjà presque toutes oubliées. Genre, si calculer un plan d’adressage IP me semblait un jeu d’enfant…là, je serai un peu paumée et il me faudrait un certain temps pour ne pas faire un truc trop dégueulasse.

Je bosse en équipe, et comme tu peux l’imaginer, je suis la seule donzelle (« grognasse », qu’ils disent mes bougres de co-bras cassés). Je préfère largement bosser dans une équipe masculine(j’ai été traumatisée par la L), Faut dire qu’en choisissant ce métier (ça a commencé avec mes études), je savais à quoi m’en tenir.

Un jour, j’essayerai de te poster une journée type.