Concert des Koffin Kats

La Miroiterie, 18/06

Pour moi les Koffin Kats se situent à un croisement entre punk, psychobilly, avec quelques riffs un peu plus appuyés voire même une petite moshpart (I Saw My friend Explode Today).La voix de leur chanteur se distingue entre 1000 et le jeu du guitariste est très énergique. Le tout donne un ensemble très homogène, mais chaque titre à son truc qui le démarque du reste de l’album. The Bottle Called par exemple est très différente de Severing Ties.

Malgré l’ambiance » cuisson à l’étuvée » , ils ont été assez généreux puisque le concert a duré une bonne heure, une performance vu la chaleur. Aucun regret niveau setlist, d’autant plus que mes préférées et inconditionnelles ont été jouées. J’espérais très fort entendre For Blood et Choke et je les ai eues. Côté jeu de scène, ils assurent. Pas de mini feu de bengale comme Mad Sin, mais un switch d’instruments en règle, bien orchestré finissant par une escalade de contrebasse. La classe !

Le son de la Miroit’ ne rendait pas toujours justice à la superbe voix de Vic Victor ,à la pêche des chœurs et aux différentes transitions (certaine sont vraiment puissantes), mais comme d’hab c’est pour pinailler.

A noter également qu’une des première partie, the Midnight Rovers était également bien sympa, du rock’n’roll à harmonica comme j’aime, avec une reprise des Shadows au poil. Me manquait le canasson et c’est bon, j’y étais.

J’aurais aimé plus de… non rien. Super concert et super groupes. Rien à redire. De plus la Miroiterie est un des seuls lieu que je connais qui fait encore des concert à prix sympa.

Prochaine sauterie outre la fête de la musique à la Manufacture, très probablement Bob Wayne à la Mécanique Ondulatoire.

Mad Sin: 25 years and still mad

17/01, Paris, le Glazart

Quel plaisir de revoir Mad Sin sur scène, qui plus est pour leur 25 ans. De retour à Paris avec un nouveau guitariste , ils ont fait danser et enflammé le Glazart. Et le Diable sait que danser, on en avait bien besoin avec le froid qu’il fait (désolée pour cette moche banalité).


Mad Sin, c’est la preuve que les années 80 n’ont pas connu que de la musique douteuse. C’est aussi des musiciens très charismatiques et un batteur qui envoie. C’est du psychobilly à faire sourire et hocher la tête même au plus aigri d’entre nous. C’est aussi le groupe qui a inspiré le nom de mon blog. C’est aussi un  groupe très communicatif et en particulier Koefte DeVille (le chanteur). C’est également un contrebassiste à l’instru plein de loupiottes et qui fait sortir de petits feux d’artifices de la tête de sa contrebasse. La classe

Côté playlist, un special guest avec Didier Wampas (par contre j’ai oublié sur quelle chanson,la naze!) le très posé mais néanmoins sympathique Nine Lives, le très dansant Wrechouse Stomp, et la reprise Ride This Torpedo de Tall Boys, entre autres. Dommage que Last Gang Standing and She’s Evil n’aient pas fait partie de la tracklist, ce sont incontestablement mes préférées de Burn and Rise. M’enfin vu le concert excellent que ça a été, ça serait con et injuste de faire la fine bouche.
En conclusion: j’ai été conquise la première fois que je les ai vus au Nouveau Casino, impression confirmée pour cette seconde fois. Mad Sin fait clairement partie de mes groupes préférés en psychobilly.  Si leur musique est géniale sur galette, la scène en est juste le complément parfait.

The Meteors + Rocking Malek

Il y a environ un mois, alors que je boude encore un peu de ne pas aller au Hellfest, Last FM me sort que The Meteors passe à Paris le 16/06. Ni une, ni deux, je prends ma place. Là, tu vas me dire « ouais, mais le Hellfest, c’est le Hellfest quoi »…Ouaip. Et « the Meteors, c’est the Meteors,quoi… ». ,un groupe mythique de psychobilly. Du coup,envolé le Hellfest.

Le Batofar, doit être une des seules sallessparisiennes que je ne connais pas. Pourtant, c’est pas faute d’être passée devant une bonne dizaine de fois en allant à la péniche Blues Café ou à la péniche Alternation (et BIM ! 10 ans dans la face).

Rocking Malek

Je ne connaissais absolument pas ce groupe et je dois dire que ça a été la surprise de ce concert. Trio français classiquement composé d’un contre-bassiste , d’un guitariste et, beaucoup moins habituel d’un chanteur-batteur debout (batterie réduite au minimum). Au début, on hoche la tête, puis petit à petit une furieuse envie de danser se fait sentir.

Rocking Malek, c’est aussi la meilleure reprise de Tainted Love que j’ai pu entendre. Après, à savoir si la reprise a été arrangée par eux ou un autre artiste, je dois bien avouer que je ne me suis absolument pas posé la question,j ‘étais trop occupée à danser, voyez-vous. 

Edit: confirmé par eux-même.

Du rockabilly à gogo et un super moment.

D’ailleurs, si ce post t’as donné envie d’aller écouter un peu de rockabilly, leur prochaine date et dans les commentaires.

The Meteors

Les titres s’enchaînent un peu trop vite à mon goût, je discerne un peu moins toutes les subtilités du son,par rapport au groupe d’avant, mais tant pis. Le Batofar est plein comme un œuf et il devient assez difficile de bouger son body, mise à part pour bouger la tête ou tapoter du pied en rythme. Je dois avouer que j’ai fait une entorse à un de mes plus grands principes de concert : ne pas retirer ses boules Quies, même 5 min, même « pour entendre un peu mieux le son ». Sauf que là, j’ai dû, je pigeais rien de ce qui se passais et n’entendais que les coups de grosse caisse du batteur (c’est petit est mesquin mais c’est TOUJOURS la faute au batteur, TOUJOURS!)

Même si à mon grand regret ils n’ont pas joué Don’t Touch the Bang Bang Fruit, j’ai eu le droit à Chainsaw Boogie (entre autres), ce qui me va très bien.

Je profite un peu lâchement de ce post pour introduire une petite nouveauté. J’ai trouvé que vous casser les pieds tous les matins avec mes #Nowplaying n’était pas assez. Je me suis donc dit que ça pourraît etre sympa de vous faire partager/découvrir/rdétester les titres qui passent plus ou moins en boucle dans ma playlist Spotify (sans auto-play, si j’ai pas merdé).

Bonne écoute.

The Meteors – Slow Down You Grave Robbing Bastard

Appréciez tout de même.

Débouche tes esgourdes, ouvre tes mirettes et apprécie.